2018, C’est compliqué pour les complémentaires Santé

On a noté en 2017 un léger mieux pour le domaine des complémentaires santé, ce n’est pas le cas pour 2018 avec un premier semestre plus que chaotique.

En effet, depuis 2015 on note une faible croissance mais une croissance quand même pour les complémentaires santé. Les taux de croissance ne dépassent pas les 2 % et cela n’est pas en voie d’amélioration d’après les premiers chiffres recueillis au premier semestre 2018.

En effet, nous subissons actuellement un taux d’inflation d’un peu moins de 1% alors que la croissance des complémentaires n’excède pas 0.1%.

Une base en évolution

Pour le premier quart de 2018 les indicateurs suivent le même tracé que ceux de 2017. Celui que nous allons regarder avec le plus d’attention est la TSA (Taxe de Solidarité Additionnelle). On notera que la base de calcul de cette TSA est en évolution de 2.2% contre 2 % l’année précédente. Cette dernière se voit ainsi affecté 3 nouvelles bases de calcul comme les contrats au premier euro ou encore CIJ responsable et non responsables.
Les évolutions de la TSA ne permettent pas une comparaison précise des deux années concernées par cette étude. Les compagnies d’assurance ont la tâche bien plus compliquée qu’auparavant et il leu est extrêmement compliqué d’être objectives dans leurs analyses. C’est pourquoi cette année des géants comme Axa
France Vie, Generali Vie ou encore Groupama Gan Vie affichent toutes des progressions à deux chiffres.

Les mutuelles mises à l’épreuve pour une nouvelle année :

D’autres éléments de marché rendent les analyses de progression de plus en plus difficiles soulignent les professionnels. En effet, les rapprochements entre les parts d’organismes différents comme AG2R la mondiale et la M
Matmut par exemple.
Cependant, on arrive tout de même à remarquer que les mutuelles dans leurs intégralités sont confrontées à des problèmes et épreuves que ne connaissent pas les compagnies d’assurance. A croire que ces dernière ne connaissent pas la crise !

Quand la base de calcul de toutes les mutuelles frôle les 19 milliards d’euros pour ne représenter que 50.5% du secteur. Ainsi les mutuelles perdent en influence et en parts de marché, on peut donc se demander si elles vont un jour représenter moins de 50% des parts de marché des complémentaires. Les organismes responsables de la prévoyance santé affichent quant à eux une croissance de plus de 3% et les compagnies d’assurance font un bond de plus de 5% dans la balance. Les compagnies pèsent donc aujourd’hui pour 32% de parts de marché, les mutuelles n’ont donc qu’à bien se tenir.

 

(Montants en M€)
Contrats classiques resp.
Contrats classiques non resp.
Contrats art. 998 CGI
Contrats agriculteurs resp.
Contrats agriculteurs non resp.
Contrats au premier euro
Contrats IJ resp.
Contrats IJ non resp.
ASSIETTE TSA
2016 32040 1232,2 470,2 1129,9 11,6 64,6 744,2 499,2 36191,9
2017 33190 1251 254,4 1051,8 16,9 132,7 584,1 509,1 36990,1
Évolution +3,6% +1,5% -45,9% -6,9% +45,8% +105,5% -21,5% 2% 2,2%

Leave Comment